Passer au contenu principal

Ce que j’aurais souhaité savoir au début de ma carrière (2)

Cox employee sitting outside the Cox headquarters

David Rice est vice-président principal des produits et de l’ingénierie chez Cox Automotive et travaille à Austin, au Texas. Nous avons discuté avec David de son histoire, de sa passion pour la culture des talents en début de carrière et de ses conseils aux développeurs de logiciels.

Q : Bonjour David! Racontez-nous votre histoire de carrière chez Cox et dites-nous ce que vous faites.

R : Je faisais partie de vAuto lorsqu’elle a été acquise par Autotrader en 2010; à l’époque, j’étais ingénieur principal en logiciels. Après m’être jointe à Cox, je suis devenue gestionnaire de l’ingénierie des produits et, à un moment ou à un autre, j’ai travaillé sur presque tous les produits logiciels de vente au détail.

Avant vAuto, j’ai travaillé pour une entreprise en démarrage appelée Digital Motorworks. Je suis vraiment devenu excellent en résolution de problèmes, et c’est là que j’ai d’abord vu l’effet de la pensée systémique : voir comment les systèmes complexes sont mis en place. Et vous pouvez utiliser cette façon de penser pour comprendre comment une organisation devrait se déplacer et s’interconnecter, et comment résoudre ses problèmes. Au cours des 10 dernières années, j’ai appliqué le même processus de réflexion : « Comment puis-je faire fonctionner le système et quels sont ses bris? »

Q : Il semble que vous ayez eu l’occasion d’avoir un impact sur de nombreux projets et d’être témoin de beaucoup de changements. Qu’avez-vous appris de ces expériences que vous partageriez avec les professionnels en début de carrière?

R : Tout ce changement m’a amenée à comprendre qu’il est acceptable de ne pas tout comprendre parfaitement. Vous savez, provenant d’une expérience en génie logiciel, je veux toujours que les choses soient binaires/noires et blanches. Et la réalité est que parfois, le niveau de complexité est tout simplement trop élevé. Vous ne comprendrez pas toujours, et vous n’avez que parfois le temps de décomposer les choses dans leurs moindres parties pour les comprendre pleinement. Acceptez qu’un certain niveau d’incapacité à comprendre soit acceptable et apprenez quand prendre des décisions avec des connaissances incomplètes.

Q : Vous avez fait des présentations aux étudiants de l’Université du Texas sur les choses que vous auriez aimé savoir au début de votre carrière. Parlez-nous de l’arrière-plan de ces présentations.

R : Lorsque j’étais à l’université, le père d’un ami m’a appelée pendant que je travaillais dans un emploi non lié à la science informatique. Il m’a donné un emploi d’été en informatique et, fondamentalement, ce qu’il m’a dit était : « Je veux que vous veniez parce que je pense que vous allez causer des problèmes à l’équipe. Vous ne savez pas ce que vous ne pouvez pas faire, vous allez donc suivre des chemins que l’équipe a rejetés. Ils avancent trop lentement et prennent trop de temps. » J’ai donc eu l’occasion d’en faire l’expérience en tant que jeune professionnel, et cela m’a mis au défi parce que je voulais faire mes preuves.

J’ai remarqué ces habitudes avec des personnes qui viennent d’obtenir leur diplôme. Ils apportent de nouveaux apprentissages et viennent avec de nouvelles perspectives. Chez vAuto, je voulais attirer des étudiants parce que je pensais qu’ils offriraient exubérance et énergie. Sachant cela, j’ai décidé d’aller à l’Université du Texas pour parler à certains de ces étudiants et voir si nous pouvions les engager.

Q : Quelle était la principale chose que vous vouliez que les étudiants retirent de votre présentation?

R : On m’a dit que je ferais une « séance d’informations », où je viendrais essentiellement discuter avec les étudiants de ce que fait mon entreprise. Et je me suis dit : « Je ne veux pas faire ça, c’est tellement ennuyant! » Je voulais plutôt adopter la perspective de « ce que j’aurais aimé savoir ».

Lorsque vous commencez dans le domaine des technologies, la chose qui vous intéresse le plus est d’écrire du code et de créer des choses géniales. Mais la réalité est qu’il y a une foule de facettes dans ce domaine que vous ne comprendrez pas tout de suite. Vous ne savez pas nécessairement les bonnes questions à poser pour obtenir les réponses. C’est ce dont je voulais leur parler. Nous avons reçu d’excellents commentaires des étudiants et de mon équipe. J’ai fait la présentation environ quatre fois maintenant. Et j’ai pu faire pression pour que de nombreux étudiants soient embauchés et amorcent leur carrière chez Cox.

Q : Quels autres conseils donneriez-vous aux développeurs en début de carrière?

R : La clé est une diversité d’aptitudes. Assurez-vous d’avoir examiné différents concepts de données, programmes et langages de programmation. La diversité des aptitudes signifie que vous pouvez apprendre. Vous devez être en mesure de le démontrer. Démontrez-moi que vous pouvez acquérir des aptitudes et en parler intelligemment, c’est ce que je recherche chez les candidats à l’embauche.

L’une de mes questions d’entrevue préférées est « Comment utilisez-vous un logiciel pour résoudre les problèmes qui ne sont pas liés au travail? » Un comportement courant que j’ai observé avec d’excellents développeurs de logiciels est qu’ils font des choses avec le logiciel même en dehors de leur travail. Ils trouvent des solutions à de vrais problèmes. Par exemple, Stacey qui était l’une de mes embauches en début de carrière, aimait collectionner les marchandises d’animation et elle a écrit un programme pour stocker toute sa collection dans une base de données. Ces types de comportements, ce genre de passion… vous ne pouvez pas l’enseigner, alors je me penche sur ces types de questions dans le processus d’entrevue.

Q : Si vous pouviez remonter dans le temps aux premières étapes de votre carrière, que diriez-vous à vous-même?

R : Trois choses. Tout d’abord, je me dirais de ne pas rester si coincé sur les portes fermées à certaines choses. Lorsque j’étais au début de ma carrière, j’étais déterminé à ne pas devenir gestionnaire. Je réfléchissais beaucoup de la sorte, de façon binaire. Donc, je me dirais de me dépasser un peu et qu’il est acceptable d’examiner d’autres options.

Deuxièmement, je me demande : je veux travailler avec qui? Ce sont des personnes avec lesquelles vous passerez beaucoup de temps. Pouvez-vous apprendre avec ces personnes et passer du temps avec elles? Assurez-vous qu’elles sont ce type de personnes. Vous passez plus de temps éveillé au travail qu’avec votre famille.

Et la dernière chose est de trouver un mentor. La relation de mentorat est préférable lorsque les deux personnes ont quelque chose à apprendre. Trouvez quelqu’un qui peut vous dire des choses que vous ne savez pas, qui a de l’expérience dans un parcours que vous voulez suivre, et veillez à ce que cette personne tire aussi quelque chose de la relation.

Prêt à postuler pour un emploi chez Cox? Voir les ouvertures ici!